symptôme ou problème?

Ma souffrance : Symptôme ou Problème?

Ma souffrance : symptôme ou problème?

Avez-vous déjà ressenti une douleur physique dite somatique, ou une douleur émotionnelle qui persiste ?

Tout autant de symptômes, que vous identifiez comme un ou des PROBLEMES

Mais quelle est la différence entre un symptôme et un problème ?

Les symptômes de vos problèmes se manifestent par des comportements, des émotions, des sensations ou des pensées qui vous amènent à prendre conscience d’un mode de fonctionnement devenu inapproprié pour vous, votre bien-être et pour votre équilibre.

Par exemple, une problématique de peur du rejet peut se traduire (en symptômes) par un manque de confiance en soi exprimé par un rabaissement systématique de sa propre personne, une difficulté à nouer des relations, un repli sur soi, une instabilité émotionnelle, affective, voire professionnelle et tant d’autres encore.

Ainsi, lorsque ces comportements deviennent désagréables, insupportables, qu’ils semblent vous empêcher d’atteindre cet équilibre, c’est à ce moment-là que l’on parle de symptôme(s) et qu’il devient nécessaire d’en rechercher la cause.

A ce moment-là, ce que vous souhaitez, c’est bien vous débarrasser de ce symptôme. Il est d’ailleurs tout à fait normal de vouloir n’intervenir que sur le symptôme, c’est-à-dire la manifestation concrète de la souffrance. Ce qui pourrait être effectuer, dans cette approche, c’est de retirer le symptôme (par exemple vous retirer l’envie ou vous dégoûter de la cigarette) ou ajouter quelque chose (de la confiance en soi, de la force mentale, …).

Progresser de la sorte, si cela procure un soulagement instantané, pourrait à terme s’avérer inefficace et parfois même plus nocif. En effet, le symptôme a de très fortes probabilités de revenir, ou bien vous risquez fort de reporter votre problématique sur un autre symptôme. C’est ainsi que l’on observe des personnes qui font des « sauts de puces » de symptômes en symptômes (dépendances, compensations, difficultés, souffrances psychologiques etc.) et de thérapeutes en thérapeutes, de méthodes thérapeutiques en méthodes thérapeutiques.

Dans l’optique en laquelle je crois, le thérapeute, par des questionnements orientés (par exemple, tirés de la thérapie brève solutionniste), et des exercices en situations spécifiques, va pouvoir dessiner et matérialiser votre problématique et votre mode de fonctionnement . Une fois la problématique mise en lumière et le processus identifié, il pourra déterminer la stratégie d’intervention qui sera la plus efficace et efficiente possible pour vous, dans votre processus et votre problématique.

C’est bien en cela que le travail avec un psycho praticien/thérapeute s’avère crucial pour comprendre le problème, et travailler ensemble pour vous libérer de ce dernier. Le thérapeute vous amène à trouver vos ressources pour fonctionner différemment, de façon plus convenable, plus écologique pour vous. C’est ainsi et seulement ainsi que le symptôme disparaîtra de lui-même (ou avec l’aide d’une intervention légère), n’ayant plus de raison d’être.

Pourquoi fonctionner de cette manière ?

Je crois dans le fait que l’on ne peut pas changer l’histoire d’une personne. A ce titre, il n’est pas nécessaire d’intervenir (voire impossible) dans le passé, de le réparer, de le changer.

Ce que l’on peut changer, en revanche, c’est bien la résonnance du passé dans notre corps présent. C’est-à-dire, son effet sur notre présent. En cela, c’est bien son inscription dans vos sensations et donc vos réactions qui font le problème, ce qui est douloureux et vous fait souffrance.

Néanmoins, « retirer » le symptôme sans prendre en considération sa source (non pas dans le passé mais bien son objet dans le présent), pourrait en créer un nouveau, puisque sa raison d’être réside bien dans le fait de vous faire prendre conscience du problème !…

En quoi est-ce bénéfique ?

En assouplissant votre manière de réagir vis-à-vis d’une problématique, et en adoptant des comportements plus adaptés, adéquats et écologiques face à certains stimuli (visuels, auditifs, olfactifs et/ou kinesthésiques), vous vous autorisez à vivre véritablement, convenablement, et pleinement votre vie. En ne ressentant plus ce stimulus comme problématique, mais en le « digérant » convenablement, cela permet de ressentir les choses de façon « ok ».

Il s’agit donc bien de modifier votre intérieur afin de vivre véritablement votre Vie, votre Vous (en cela l’hypnose thérapeutique et la thérapie brève solutionniste sont très aidantes). Cela signifie de pouvoir appréhender les évènements de manière adaptée et convenable pour soi-même.

C’est alors que le symptôme initial gênant et ayant souvent poussé à la consultation d’un thérapeute professionnel peut disparaître de lui-même ou avec l’aide d’une intervention plus rapide et légère. Par exemple, une personne ayant des problématiques de sommeil (ie : le symptôme) pourra voir son sommeil s’améliorer véritablement et durablement lorsque la problématique derrière le manque de sommeil sera réglée (peut-être une difficulté à relâcher les tensions, ou l’anticipation accrue de tout ce qui pourrait arriver, ou tant d’autres qui vous sont propres).

Alors finalement, qu’est-ce qui est important pour vous : ôter le symptôme ou régler le problème? Prenez directement contact avec Stéphanie Guérin, Thérapeute, au 06 32 75 75 37.

Stéphanie Guérin : l'hypnose pour solutionner ses problèmes
Stéphanie GUERIN Thérapeute hypnose Monteux